Bricolage du dimanche : comment bien sélectionner ses vis ?

Le bricolage occasionnel est un excellent moyen de perfectionner certaines techniques et de faire le point sur l’outillage domestique indispensable. Quel que soit le degré de difficulté de vos réparations ou rénovations de mobilier, vous devez ainsi pouvoir compter sur un matériel résistant, et prévu pour la nature de vos travaux. Au travers de cet article, nous passerons en revue les différents modèles de vis disponibles sur le marché…

 Vis, boulons, écrous…que choisir pour quels travaux ?


Vis, boulons, écrous…que choisir pour quels travaux ?

Pour des fixations qui résistent, j’opte pour des vis en métal

Personne ne pourrait imaginer monter un meuble ou un objet mobilier sans des fixations adaptées : penderie, cabane, terrasse, ces éléments ne pourraient se passer de vis, boulons et systèmes de fixation de type tirefond. C’est pourquoi il est important dès le départ de sélectionner une catégorie de vis à même de correspondre à un projet de bricolage. Car chaque élément est tributaire de spécifications techniques qui permettent dans un premier temps de savoir quel est le matériau de destination ciblé : allez-vous choisir une tête plate ou fraisée ? Pour le bois ou le métal ? Tout est une question d’efforts de traction appliquée à la vis.

La fixation d’une ou plusieurs pièces par pression est l’une des nombreuses facultés des vis en métal. On distingue ainsi deux grandes familles de vis de fixation selon le mode de pression : les vis d’assemblage – qui permettent de réaliser un « effort de serrage » et appliquent un appui sous la tête, et les vis de pression –  qui permettent d’exercer une pression par la pointe. Couramment utilisées en mécanique, ces dernières assurent une liaison spécifique entre deux pièces. Les vis de pression peuvent être à bout arrondi ou pointu. Si vous pensez avoir besoin de ce genre de vis pour assurer une bonne fixation lors de vos travaux, sachez que les vis métaux –ou vis mécaniques demeurent la catégorie d’outillage la plus diverse de par les formes, les longueurs, le type de têtes et de pas existants. Si vous hésitez, prenez note de la valeur inscrite sur la tête de la vie et demandez conseil à un spécialiste.

Pour monter un meuble, j’opte plutôt pour une vis à bois et tirefonds

Si vous souhaitez obtenir un maintien à la fois ferme et durable, il est important que vous puissiez compter sur un outillage supportant une charge intermédiaire entre le clou et la cheville. La vis à bois rempli très bien cette fonction, mais il convient toutefois de choisir un outillage correspondant au degré de solidité recherché. La nature du matériau devra ainsi être privilégiée avant tout le reste. Partant de là, on distingue deux grandes familles de vis à bois :

  • Les VBA – Ou vis à bois et agglomérés dont la particularité est de pouvoir être vissé sans avoir fait de trou au préalable. Pointue et filetée sur toute la longueur, la VBA a l’avantage de ne pas abimer le bois lors de la pose. Comme son nom l’indique, ce type de vis est à utiliser en priorité sur les bois ou les agglomérés, vous vous dirigerez donc idéalement vers un modèle de vis plate à tête fraisée, car c’est le modèle employé le plus couramment. La raison en est simple : elle peut être serrée de manière électrique ou manuelle, et présente l’intérêt d’être compatible avec les chevilles.
  • Les vis à bois : elles sont généralement dotées d’un petit diamètre et d’une longueur réduite, disposant d’une tête bombée, fraisée ou fendue avec une empreinte plate. On considère généralement cette catégorie d’outillage pour des fonctions décoratives que ne permettent pas la première famille de vis ci-dessus.

Les pièces indispensables à ajouter aux vis pour une meilleure tenue

Selon la nature du mur ou de la surface à travailler, vous aurez besoin d’une cheville en plus de votre système de fixation par vis. Il existe ainsi deux grandes familles de chevilles selon la dureté du matériau : les chevilles pour matériau plein (béton, pierre naturelle, etc..) et pour matériau friable ou creux (plâtre alvéolé, brique creuse, etc..). Selon l’objet ou la surface à fixer, des chevilles spécifiques seront préférables afin d’optimiser la fixation de certains matériaux comme le bois par exemple.

Si vous prévoyez de poser un cadre de bois au mur par exemple, vous devrez opter pour des chevilles pour cadres dédiées. Cet outillage est réputé très stable et s’installe assez rapidement et simplement. On les utilisera cependant pour le parpaing plein ou le béton en priorité.

D’autres accessoires existent afin de renforcer le montage de votre meuble. La goupille par exemple, permet de consolider un ensemble de pièces afin d’éviter toute dislocation, et maintient le tout même sous la contrainte de fortes vibrations. Un boulon ou des écrous complètent généralement l’assemblage. Ainsi, le montage d’une goupille se fait au travers de plusieurs étapes : il faut d’abord visser l’écrou au maximum, et marquer ensuite l’emplacement de la goupille à l’aide d’une pointe métallique ou d’un pointeau. A l’aide d’une lime, il faudra ensuite réaliser un plat sur la vis, puis user d’un foret à métaux au diamètre de la goupille. Par la suite, il faut enfiler la goupille et en rabattre les tiges autour de la vis. Le tout ne prend généralement que quelques minutes ! Assurez-vous tout de même de bien entourer votre vis en ne laissant par de jeu entre les tiges et la vis.

Les boulons ont également leur utilité pour fixer un objet dans le métal. Tout comme les vis, ils peuvent avoir une tête différente selon le cas : hexagonale, bombée, fraisée, cylindrique, etc.. Le boulon intervient ainsi pour empêcher la rotation de la tête de la vis et celle de l’écrou par rapport à une pièce fixée.

Si cet article vous a donné des envies de bricolage, retrouvez vite une autre idée brico : isoler sa maison soi-même !

PIERRE + SIMON + DAMIEN = PSDmag.com

One Response
  1. Marin

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *